🇫🇷 Stains (93) : des policiers se font caillasser après avoir sauvé in extremis trois enfants d’un incendie

Des policiers ont sauvé in extremis trois enfants de 4, 7 et 11 ans d’un incendie d’appartement, samedi soir. Un acte héroïque terni par des tirs de projectiles sur les forces de sécurité. Trois enfants âgés de 4, 7 et 11 ans ont été sauvés in extremis des flammes par des policiers, samedi soir avenue François-Bégué dans le quartier Cité-Jardin à Stains, alors que leur mère était partie faire une course. « J’ai vu des policiers s’acharner à grands coups de pied dans la porte de leur appartement », témoigne, la gorge nouée, Aboudou, un voisin qui a aidé à évacuer un enfant. « Les gamins hurlaient à la mort, témoigne-t-il. Lorsque la porte a fini par céder, un policier s’est engouffré à l’intérieur. Il est ressorti avec un garçon. Ensuite, deux autres enfants ont été sortis ». Sa voisine, Annie, a eu « la peur de (sa) vie, car les flammes étaient très hautes et l’air irrespirable à cause des fumées ». Dans le voisinage, tous saluent « leur courage incroyable ». Gwennaël, 35 ans, brigadier-chef de police à Stains et délégué syndical Alliance, se souvient : « Une dame affolée criait que ses enfants étaient au 3e étage, dans l’appartement face à l’escalier ». Ni une, ni deux, six policiers entament une périlleuse ascension : « Dès le 1er étage, la fumée nous brûle les yeux et la gorge. On tape à toutes les portes pour dire aux gens de sortir. Au deuxième, on a du mal à respirer. On arrive au troisième, et on se reçoit des cendres sur la tête. Chacun notre tour, on donne des coups dans la porte. Puis, on redescend à tour de rôle parce que c’est irrespirable ». En « une à deux minutes », les héros réussissent à casser la porte. Mais le temps presse car les fumées toxiques, se répandent. « Deux par deux, on cherche en criant les enfants dans chaque pièce, détaille le brigadier-chef. Deux s’étaient réfugiés dans des chambres et un troisième s’est caché sous un meuble du salon ». Mais malgré leur bravoure, la victoire a un goût amer pour les policiers qui ont essuyé des tirs de projectiles en guise de remerciement. « On a reçu des bouteilles de parfum… Qu’on se fasse caillasser pour un trafic de drogue, on a l’habitude, mais quand on sauve trois enfants… Je n’arrive pas à comprendre », soupire Gwennaël. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’incendie serait « d’origine volontaire ». Des traces d’hydrocarbure ont été retrouvées sur le palier par la police scientifique. Plusieurs riverains évoquent, sous couvert d’anonymat, « un palier régulièrement squatté par des jeunes, qui y pose chaises et tables pour fumer et boire ». La famille, elle, a été relogée. Les policiers, auscultés à la clinique de l’Estrée de Stains pour des gênes respiratoires et des maux de tête, ont repris le travail.