🇫🇷 Notre-Dame-des-Landes : le projet abandonné

Edouard Philippe annonce que le projet d’aĂ©roport Ă  Notre-Dame-des-Landes est abandonné « En relation Ă©troite avec le prĂ©sident de la RĂ©publique, le gouvernement a pris sa dĂ©cision : je constate aujourd’hui que les conditions ne sont pas rĂ©unies pour mener Ă  bien le projet d’aĂ©roport de Notre-Dame-des-Landes. Un tel projet qui structure territoire pour un siècle ne peut se faire dans un contexte d’opposition exacerbĂ©e de la population. Les grand projets rĂ©cents se sont rĂ©alisĂ©s malgrĂ© les oppositions locales car portĂ© par la population. Notre-Dame-des-Landes, aujourd’hui, c’est l’aĂ©roport de la division. Le projet de Notre-Dame-des-Landes sera donc abandonnĂ©. »

« C’est officiel. C’est abandonnĂ© », a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Philippe Grosvalet, le prĂ©sident du syndicat mixte aĂ©roportuaire du Grand Ouest et prĂ©sident du Conseil dĂ©partemental de Loire-Atlantique. PrĂ©venu par un conseiller de Matignon, il a fustigé « un vĂ©ritable reniement » et « une très très mauvaise dĂ©cision du prĂ©sident de la RĂ©publique ». « Par cette dĂ©cision, il piĂ©tine les procĂ©dures et dĂ©cisions de justice, il piĂ©tine nos collectivitĂ©s locales, il piĂ©tine le vote des habitants. » « C’est pire que de la dĂ©ception, c’est quasiment une trahison », a-t-il lancĂ©.

Le Premier ministre, qui a rencontrĂ© plus de 100 Ă©lus locaux depuis dix jours et s’est rendu discrètement samedi Ă  Notre-Dame-des-Landes , avait reconnu, Ă  huis clos devant les dĂ©putĂ©s LREM, qu’après ces consultations, il n’Ă©tait « pas forcĂ©ment plus facile de se prononcer ». « Quelle que soit la rĂ©ponse, elle sera mauvaise » car elle fera des mĂ©contents, avait-il admis.