🇫🇷 Montpellier : un migrant mineur délinquant insulte des militaires et menace des policiers

Un mineur étranger non accompagné de 17 ans fortement alcoolisé s’en est pris verbalement à plusieurs reprises à des policiers de la Sécurité publique dans l’hôtel de police de Montpellier, où il avait été, d’abord placé en cellule de dégrisement, puis en garde à vue, après son interpellation en fin de semaine à 14h40 pour avoir insulté copieusement les militaires de l’opération Sentinelle en patrouille dans la gare SNCF Saint-Roch.

Il a été ramené à l’hôtel de police pour une audition, avant d’être libéré. L’adjointe à la sécurité -ADS- de l’accueil du commissariat central a été outragée, avant d’être menacée de mort, alors qu’elle était venue chercher l’adolescent dans la geôle à 20h50, pour le remettre à deux éducateurs de la cellule d’urgence départementale qui gère l’hébergement de ces jeunes migrants. Du coup, le mineur a été de nouveau placé en garde à vue, sur les instructions du procureur de la République de Montpellier.

Pendant son audition, il a remis ça : il a outragé et menacé de mort les deux policiers de la brigade des mineurs de la sûreté départementale de l’Hérault qui ont déposé plainte, à l’instar de l’ADS de l’accueil. Cet adolescent n’était pas un inconnu pour les fonctionnaires de police et pour cause : il était déjà passé par la brigade des mineurs quelques jours plus tôt, d’abord le 12 novembre pour avoir dérobé avec violences un téléphone portable avec trois jeunes complices à un jeune usager du tramway à la station de la Restanque, dans le quartier Saint-Martin -les quatre agresseurs avaient été interpellés-; et ensuite le 21 novembre pour un vol à l’étalage commis dans un commerce de l’Écusson.

Remis en liberté pour les faits présumés contre les militaires de Sentinelle et les gardiens de la paix, l’adolescent a reçu une convocation pour être jugé prochainement. Il a quitté l’hôtel de police encadré par les deux éducateurs de la cellule d’urgence départementale.