🇳🇴 La ministre norvégienne Sylvi Listhaug : « C’est très bien d’expulser les immigrés clandestins, cela fait diminuer la délinquance en Norvège »

L’approche de la Norvège en matière de politique sur l’accueil des réfugiés a été différente depuis le début. Lorsque la Suède a accepté 160 000 demandeurs d’asile en 2015, les Norvégiens en ont accueilli 30 000 – et cette année, jusqu’à présent, 2 000. Aucun pays n’a connu une baisse plus marquée des réfugiés. J’en ai parlé avec Sylvi Listhaug, ministre de l’Immigration.

La Norvège n’accueille pas les migrants économiques (c’est-à-dire qui n’ont pas besoin de protection). Listhaug dit que sa politique est sans ambiguïté. «Si vous êtes un migrant économique, vous êtes refusé en Norvège. Nous accordons une protection à ceux qui en ont besoin, qui sont en danger dans leur propre pays, mais nous dépensons également beaucoup d’argent pour renvoyer les personnes qui sont refusées en Norvège, également par la force». « La police est envoyée à la recherche d’immigrants clandestins dans les restaurants et autres lieux où le travail au noir est une pratique courante … si nous les trouvons, nous les expulsons. Cela a également diminué le crime en Norvège, c’est très bien »

La baisse spectaculaire de l’afflux de réfugiés en Norvège a entraîné une augmentation spectaculaire de l’argent dépensé pour aider les réfugiés dans les camps à l’étranger. Ainsi, au cours des deux dernières années, la Norvège a augmenté son budget d’aide d’environ 4 milliards de couronnes (£ 370 millions) en conséquence directe de la baisse du nombre de demandeurs d’asile.

La Norvège a appris à ne pas trop se soucier du consensus international. J’ai demandé à Sylvi Listhaug si elle s’est maintenant habituée à être traitée de « cruelle » et de « sans cœur ». Sa réponse : « Je m’en fous ».

L’approche de la Norvège est de plus en plus partagée par d’autres pays.