🇫🇷 La mère d’Émilie König, recruteuse de Daech, demande le rapatriement de sa fille

La Bretonne de 33 ans a été arrêtée par les forces kurdes, qui la détiennent dans un camp de réfugiés en Syrie. Sa mère demande son rapatriement en France.

Dans une lettre adressĂ©e au ministre des Affaires Ă©trangères Jean-Yves Le Drian, la mère d’Émilie König, recruteuse en Syrie pour le compte de l’État islamique dĂ©sormais dĂ©tenue par les forces kurdes, demande le rapatriement de sa fille et de ses trois enfants. « Je lui demande de rapatrier ma fille, qui s’est repentie, et ses enfants », confie à Ouest France la septuagĂ©naire installĂ©e Ă  Lorient. « J’ai eu Émilie au tĂ©lĂ©phone en fin de semaine dernière. DĂ©tenue dans un camp kurde, elle a Ă©tĂ© interrogĂ©e et torturĂ©e », affirme la mère de la djihadiste, qui Ă©lève ses deux petits-fils depuis qu’Émilie est partie sans eux en Syrie.

Une personnalité dans la communauté djihadiste

Comme L’Express le rappelait mardi, Emilie König Ă©tait notamment recherchĂ©e pour avoir incitĂ© certains de ses proches Ă  commettre des actions violentes en France. Depuis la Syrie, la jeune mère de famille diffusait des vidĂ©os de propagande sur internet pour appeler au djihad armĂ©. Inscrite sur la liste noire des terroristes internationaux par les États-Unis depuis septembre 2015, Emilie König s’est radicalisĂ©e depuis 2010 auprès du groupe islamiste nantais Forsane Alizza. Après son dĂ©part en Syrie, oĂą son mari s’Ă©tait installĂ©, la jeune femme a rejoint le groupe qui allait devenir le groupe État islamique. Elle aurait participĂ© au recrutement de près de 200 Françaises et Ă©tait une personnalitĂ© dans la communautĂ© djihadiste, très active sur les rĂ©seaux sociaux, d’oĂą son inscription sur la liste noire des États-Unis depuis 2015.

« Elle regrettait tous ses propos »

La mère de la djihadiste affirme cependant que sa fille lui avait dĂ©jĂ  confiĂ©, en juillet 2017 lors de leur prĂ©cĂ©dent appel, que Émilie voulait revenir. « Sa maison venait d’ĂŞtre bombardĂ©e, Émilie avait Ă©tĂ© partiellement brĂ»lĂ©e. […] Elle demandait pardon, Ă  sa famille, Ă  ses amis, Ă  son pays. Elle regrettait tous ses propos et assurait vouloir payer sa dette en France », tĂ©moigne la Lorientaise, Ă  qui le ministère des Affaires Ă©trangères a conseillĂ© de dire Ă  sa fille de se rendre. AccompagnĂ©e de ses trois autres enfants, nĂ©s de l’union d’Émilie avec un combattant de Daech dĂ©cĂ©dĂ© depuis, Émilie König serait actuellement retenue avec une dizaine d’autres Françaises et leurs enfants. Deux d’entre elles ont adressĂ© une lettre Ă  Emmanuel Macron dans laquelle elles demandent Ă  ĂŞtre rapatriĂ©es en France, assurant vouloir assumer leurs actes et dĂ©crivant des conditions de dĂ©tention difficiles. DĂ©but novembre, Emmanuel Macron avait assurĂ© que les cas des Françaises arrĂŞtĂ©es avec leurs enfants seraient examinĂ©s « au cas par cas ».