Drôme : ils se font passer pour les forces de l’ordre et organisent un contrôle sur la N7

Quatre habitants de Tain-l’Hermitage (Drôme) ont été interpellés ce jeudi matin pour avoir organisé un contrôle routier en plein centre de leur ville le 19 octobre dernier. Leurs motivations sont floues.

Ces quatre hommes n’ont pas hésité à s’installer un peu avant 1 heure du matin au cœur de Tain-l’Hermitage, sur la nationale 7, à l’angle du pont qui mène à Tournon. Leurs tenues sont hétéroclites : l’un porte une chasuble fluo barrée du mot sécurité, l’autre a revêtu une cagoule, un autre un gilet pare-balle. Ils ont également une bombe lacrymogène et un bâton de défense. Ils se présentent comme « police de Vienne », « gendarmerie de Vienne » ou simplement « sécurité ».

Douze automobilistes contrôlés sans broncher

Avec aplomb, ils font souffler les conducteurs dans le ballon et parfois même ils vérifient les coffres des véhicules. Douze automobilistes sont ainsi contrôlés durant une demi-heure. Personne ne se rend compte de la supercherie. Ce n’est que le lendemain que l’un de ses conducteurs se dit que ce contrôle était bizarre. Il donne l’alerte.

Le meneur âgé de 54 ans n’explique pas clairement ses raisons

Une vingtaine de vrais gendarmes sont mobilisés pour identifier les quatre hommes avec l’aide de la vidéosurveillance. Tous les quatre ont été interpellés ce jeudi matin. Ils ont reconnus leur participation à ce faux contrôle routier. Ils habitent Tain-l’Hermitage, ils n’ont pas de casier, pas de travail, se voient de temps en temps. Et le plus âgé, un homme de 54 ans, aurait entraîné les trois plus jeunes âgés de 22, 19 et 16 ans qui auraient agi par désœuvrement.

Plus de 400 courriers volés rangés dans un carton à son domicile

Le meneur lui s’était plaint de la vitesse excessive sur la nationale 7 mais son discours n’est pas très cohérent et il est connu pour des troubles psychiques. En perquisitionnant, les gendarmes ont découvert à son domicile 400 courriers dérobés dans des boites aux lettres grâce à un passe de la Poste.

Les trois majeurs placés en garde à vue seront présentés au parquet ce vendredi. Le mineur a été remis en liberté en attendant une prise en charge par la protection judiciaire de la jeunesse.