🇮🇱 Israël aurait frappé une banlieue de Damas, la Syrie aurait contre-attaqué

Beyrouth : Des avions israĂ©liens ont de nouveau visĂ© lundi des cibles près de Damas, a indiquĂ© l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), deux jours après des attaques de l’armĂ©e israĂ©lienne Ă  proximitĂ© de la capitale syrienne. « Les avions israĂ©liens ont visĂ© la rĂ©gion de Jamaraya situĂ©e près de Damas et qui comprend un centre de recherche scientifique et des dĂ©pĂ´ts d’armes du rĂ©gime et de ses alliĂ©s », a affirmĂ© Ă  l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH. La cible exacte n’a pas Ă©tĂ© identifiĂ©e dans l’immĂ©diat. A Damas, le correspondant de l’AFP a entendu de puissantes explosions. « Notre dĂ©fense aĂ©rienne a bloquĂ© une attaque de missiles israĂ©lienne sur l’une de nos positions dans la province de Damas et a atteint trois de ses cibles », ont rapportĂ© des mĂ©dias syriens d’Etat. Samedi, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, des missiles israĂ©liens prĂ©sumĂ©s avaient visĂ© « des positions du rĂ©gime syrien et de ses alliĂ©s » au sud-ouest de Damas et de puissantes explosions avaient Ă©tĂ© entendues jusque dans la capitale. La dĂ©fense aĂ©rienne syrienne avait interceptĂ© et dĂ©truit au moins deux missiles israĂ©liens ayant visĂ© « une position militaire » dans la province de Damas, avait rapportĂ© l’agence officielle Sana. InterrogĂ© par l’AFP, un porte-parole de l’armĂ©e israĂ©lienne n’avait pas fait de commentaire. Depuis le dĂ©clenchement de la guerre en Syrie en 2011, IsraĂ«l suit avec grande attention l’Ă©volution de la situation chez son voisin. L’Etat hĂ©breu veille Ă  ne pas ĂŞtre aspirĂ© dans le conflit tout en frappant ponctuellement des positions du rĂ©gime syrien ou des convois d’armes Ă  destination du Hezbollah, en fonction de ce qu’il prĂ©sente comme ses intĂ©rĂŞts. IsraĂ«l et la Syrie sont officiellement en Ă©tat de guerre depuis des dizaines d’annĂ©es. Les relations sont d’autant plus tendues que le rĂ©gime syrien est soutenu par le Hezbollah mais aussi l’Iran, l’autre bĂŞte noire d’IsraĂ«l. IsraĂ«l s’inquiète d’un enracinement croissant de l’Iran en Syrie et du soutien militaire russe au rĂ©gime syrien.