🇫🇷 Asnieres (92) : Une enquĂŞte est ouverte après l’agression sexuelle d’une enseignante par des Ă©lèves

Une enquĂŞte a Ă©tĂ© ouverte après la plainte pour agression sexuelle d’une enseignante d’un lycĂ©e d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) contre cinq Ă©lèves de son Ă©tablissement, indique le parquet de Nanterre.

Les faits se sont dĂ©roulĂ©s le 23 novembre au sein du lycĂ©e Auguste-Renoir, lors d’un exercice de confinement. Selon Le Parisien, qui a rĂ©vĂ©lĂ© l’incident, les Ă©lèves incriminĂ©s font partie d’une classe de première technologique. « Un groupe d’Ă©lèves chahutait. (L’enseignante) est venue pour faire cesser le bruit. Ils l’ont alors entourĂ©e » et se seraient livrĂ©s Ă  des « attouchements », a indiquĂ© le parquet

L’enseignante avait dĂ©posĂ© plainte le 27 novembre. Le commissariat d’Asnières est chargĂ© de l’enquĂŞte. Aucun des Ă©lèves mis en cause n’est connu de la justice, a prĂ©cisĂ© le parquet. « Nous avons mis Ă  disposition » de l’enseignante « nos psychologues pour la soutenir et nous l’accompagnons dans sa demande de protection juridique », avait indiquĂ© vendredi l’inspection acadĂ©mique des Hauts-de-Seine, Ă©voquant une « agression », sans en dĂ©finir le caractère. « Quelle que soit la qualification pĂ©nale retenue, encercler un professeur et le menacer est inacceptable » et « une procĂ©dure disciplinaire a Ă©tĂ© engagĂ©e, qui se terminera devant un conseil de discipline », selon l’inspection acadĂ©mique. L’enseignante est depuis en arrĂŞt-maladie.

Des Ă©lèves ont bloquĂ© les accès du lycĂ©e jeudi pendant quelques heures pour protester contre la plainte de l’enseignante.